lundi 22 mai 2017

Blog de de Lutte ouvrière Argenteuil : petit appel pour un palier certain



Qu’en pensez-vous ?

 

Dans deux-trois jours, le présent blog atteindra le nombre de 500 000 « pages vues » depuis sa création en 2011. Ce n’est pas extraordinaire, mais c’est tout de même notable.

Un anniversaire, cela se fête !

         Nous avons choisi d’alimenter ce blog chaque jour, qu’il vente ou qu’il neige, sauf durant une quinzaine, lorsqu’il prend loin de vraies vacances.

         Il reçoit très peu de commentaires. Il paraît que c’est compliqué de les « poster ».

         Mais je voudrais, à l’occasion de ce cap des « 500 000 » que vous fassiez un petit effort et que vous lui envoyiez un petit commentaire sur ce que vous pensez de lui. Quelques mots. J’en ferai paraître certains, avec vos initiales.

         Je les attends donc via ma boîte-mels.

         En attendant, ce blog vous envoie toutes ses amitiés. DM

Argenteuil-Bezons, les candidats de Lutte ouvrière : des militants !


Un vote pour des candidats-militants du monde du travail

 
Je suis donc le candidat présenté par Lutte ouvrière dans la circonscription d’Argenteuil-Bezons, la 5ème du Val d’Oise. Mon remplaçant est Michel Campagnac, par ailleurs conseiller municipal de Bezons.

         Nous sommes des militants, communistes, révolutionnaires, et qui avons lié notre sort, pour l’un et l’autre, au monde du travail, c’est-à-dire à l’immense majorité de la population, qu’elle soit en activité, au chômage ou retraitée.

         Il faudrait qu’il y ait de tels militants élus députés. Ils seraient certes des voix minoritaires du monde du travail au milieu d’un antre bourgeois. Mais contrôlés par ceux qui les auraient élus, ils y seraient la voix du camp des travailleurs. Et il y aurait de multiples occasions où cela pourrait aider.

         Bien évidemment, nous n’en sommes pas là. Mais il faut, en revanche, que les voix qui se porteront sur nos candidatures soient le plus nombreuses possibles.

         Il faut que se renforce la conscience des exigences du monde du travail que Nathalie ARTHAUD a diffusées durant la campagne des présidentielles il y a quelques semaines.

         Mais nos candidatures permettront aussi de se prononcer pour une certaine activité militante, celle menée, année après année, de façon constante et déterminée au nom d’un idéal de changement radical de la société pour que renaisse un véritable parti des travailleurs, communiste, révolutionnaire et internationaliste. DM

Argenteuil, élections législatives, on colle où ?


Pas très sérieux

 
La campagne électorale a débuté aujourd’hui lundi à « zéro heure » et s’achèvera le samedi 10 juin à minuit.
         On ne peut vraiment pas dire que la municipalité d’Argenteuil ait pris grand soin des panneaux électoraux destinés à afficher la propagande électorale des candidats. Outre que leur surface est réduite de moitié pour chaque candidat en comparaison avec les présidentielles (leur nombre est pourtant passé seulement de 11 à 13), mais leur état global laissait encore hier matin dimanche à désirer. L’affiche des indications générales sur le panneau « zéro » continuait à porter sur… les Présidentielles ! Quant aux panneaux affectés à chaque candidat, ils attendaient encore hier matin dimanche leur numéro. Mais peut-être il y aura-t-il eu pour eux un miracle dans la journée d’hier.
         Au-delà de la démoralisation générale qui semble le fait depuis des mois de la municipalité, on a l’impression qu’au niveau de l’organisation des élections de cette année, tout va à vau-l’eau, et qu’à leur sujet, la municipalité n’est pas dans son assiette !

PCF et Mélenchon, un article de notre hebdomadaire Lutte ouvrière


PCF : le prix de la soumission

 « Merci Monseigneur », telle a été la réponse, se voulant ironique, faite par le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, à Jean-Luc Mélenchon. Le dirigeant de la France insoumise venait de refuser tout accord avec le PC aux élections législatives, ne consentant à apporter son soutien qu’à dix candidats du PCF.
Après qu’ils ont contribué à le mettre en selle, l’ancien sénateur et ex-ministre socialiste Mélenchon referme aujourd’hui la porte sur les doigts des dirigeants du PC, sans égards, ni gratitude.
Les dirigeants du PC ont eu beau protester qu’il y avait « une place du Parti communiste qui est un peu plus importante sur le terrain ». Ils ont annoncé le retrait de leur candidat face à Mélenchon à Marseille pour faire un « geste fort de rassemblement », suivant les termes de Pierre Laurent. Et celui-ci peut clamer sur tous les tons que « les candidats soutenus par le PCF-Front de gauche continueront de faire campagne la main tendue ». Rien n’y fait.
Mélenchon n’a à aucun moment accepté de négocier une alliance pour les élections législatives avec le PC : comme pour le scrutin présidentiel, il a exigé un ralliement en bonne et due forme. Pour obtenir le soutien de la France insoumise, tout candidat doit signer une charte imposant un cadre commun, aussi bien pour le programme que pour les logos utilisés, une association de financement unique et l’engagement à respecter une discipline de vote en cas d’élection à l’Assemblée nationale.
Signer cette charte ne suffit pas, le ralliement doit être total et inconditionnel. Ainsi, l’adjoint PC à l’urbanisme de Saint-Denis, Stéphane Peu, qui a été jusqu’à signer la charte du mouvement de Mélenchon, a dû subir une condition supplémentaire : « S’il est retenu, il faudra qu’il me soutienne sur la 1re circonscription, et non le candidat PC », a déclaré Éric Coquerel, l’un des responsables du Parti de gauche.
Bon prince, Mélenchon accepte de faire quelques exceptions vis-à-vis de personnalités qui ont été particulièrement engagées à ses côtés. Ainsi Clémentine Autain et la communiste Marie-George Buffet sont assurées de ne pas avoir de concurrent de la France insoumise dans leur circonscription. Dans le même esprit, les députés communistes ayant parrainé le candidat de la France insoumise ont eu droit à la même faveur. Générosité limitée car, comme certains ne se représentent pas, cela n’ajoutera que deux députés de plus à cette liste des exceptions.
Partout ailleurs, des candidats PCF et France insoumise s’affronteront, y compris chez les sortants communistes. En faisant le choix de s’aligner derrière Mélenchon à la présidentielle, le PC s’est mis en situation de devoir subir les ultimatums de ce politicien, en ayant de moins en moins les moyens de s’y soustraire.

De ce point de vue, la politique vis-à-vis de Mélenchon n’a été que la réédition de celle qui a conduit à mettre les militants communistes à la remorque de Mitterrand dans les années 1970, alors que celui-ci avait ouvertement affiché son intention d’affaiblir le Parti communiste.

Fête de Lutte ouvrière, fête des enfants, pour eux seuls on accepte qu'il y ait encore des rois


Pour les enfants... tout est prévu !

 

D’abord, les enfants accompagnés jusqu’à 14 ans ont déjà aboli l’argent pour entrer à la fête puisqu’ils y entrent gratuitement…

 

La garderie

Sur la fête, une garderie est ouverte où les bébés (au dessus de trois mois) peuvent être accueillis : des camarades compétents et attentifs s’occuperont d’eux.

Par ailleurs, une installation à langer est en libre service à disposition des parents.

 



 

La Cité des Jeunes

S’ils sont un peu plus grands, ils peuvent aller se divertir à la Cité des Jeunes, où de nombreuses activités leur sont offertes : maquillage, jeux, dessins animés, conteur, bal costumé...

Il s’avère parfois difficile de les convaincre d’en sortir pour retourner à la maison !

Les jeux

Ils sont nombreux, et ils sont pour la plupart regroupés dans des aires spéciales où petits et grands peuvent participer gratuitement, car presque tous ces jeux sont compris dans le prix d’entrée de la Fête.

Il y en a pour tous les goûts, du simple billard japonais aux jeux de société ou d’adresse, en passant par un bowling électronique, un jeu d’échecs géant, un filet ou un mini-golf !

Une « carte orange » à la disposition des enfants donne accès librement à de nombreux jeux.